Biodiversité Biodiversité

Jeudi biodiversité, La flore des zones d’activités

Publié le 29 juin 2023

La biodiversité ne se retrouve pas qu’au cœur des zones naturelles, bien au contraire ! Les espaces utilisés et modelés par l’homme accueillent une ..faune et une ..flore tout à fait caractéristiques et adaptées aux conditions particulières de ces milieux. C’est aussi le cas au sein des zones industrielles ou d’activités : Plusieurs centaines d’espèces différentes peuvent y être rencontrées !

Des espèces emblématiques

Les orchidées sauvages sont souvent mises en lumière pour leur beauté et leur rareté. Certaines des plus belles populations du territoire Dunkerquois sont visibles dans la zone industrialo-portuaire, au sein de grandes friches, pelouses ou prairies. Ophrys abeille, Orchis bouc ou encore Platanthère à fleurs verdâtres s’y comptent par milliers de pieds !

D’autres plantes rares, protégées ou patrimoniales, peuvent être observées : Cotonnière allemande, Salicorne d’Europe, Caquillier maritime, Céraiste à quatre étamines parmi tant d’autres !

La flore ordinaire… mais nécessaire

À côté de ces plantes exceptionnelles se développent une flore plus ordinaire… mais nécessaire. Nécessaire au bon fonctionnement des chaînes alimentaires notamment, et donc à l’équilibre des écosystèmes.

Citons par exemple l’Ortie, mal-aimée des jardiniers qui, pourtant, héberge les chenilles de plusieurs espèces de papillons qui nous enchantent l’été par leurs couleurs. Ou encore la grande famille des pissenlits, source importante de nourriture pour les abeilles sauvages printanières. À l’inverse, le Lierre est l’une des dernières plantes à fleurir (à l’automne) puis à produire des baies (en hiver). En laisser quelques pieds courir le long des arbres est judicieux pour offrir le gîte et le couvert aux oiseaux ou aux insectes butineurs.

Quelles actions possibles ?

Vous travaillez dans une zone d’activités ? Vous disposez de quelques dizaines de mètres carrés d’espaces verts ? Vous avez donc un terreau presque suffisant pour accueillir la flore sauvage.

  • Le premier conseil à donner est de connaître ce qui nous entoure : un inventaire botanique (couplé, idéalement, à des relevés faunistiques) permettra de mettre en avant la diversité présente et les enjeux liés. Des préconisations de gestion et/ou d’aménagements écologiques pertinents complèteront le diagnostic. On protège bien ce qu’on connait bien !

  • Limitation des produits biocides, gestion différenciée, acculturation des salariés et des clients, mise en place de corridors écologiques, création de milieux de vie… font partie des nombreuses autres actions à imaginer.

Vous ne savez pas par où commencer ?

Le CPIE Flandre Maritime peut vous accompagner dans votre projet de connaissance et de sensibilisation.

Quelques photos prises par le CPIE Flandre Maritime


Agissons ensemble en faveur de l’Ecologie industrielle et territoriale

Vous aussi, participez à l’émergence de nouvelles synergies sur le territoire